Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LE TÉMOIN DE LA DÉFENSE NE FUT PAS AUSSI COOPÉRATIF QUE PRÉVU

7 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

LE TÉMOIN DE LA DÉFENSE NE FUT PAS AUSSI COOPÉRATIF QUE PRÉVU

l devait être le témoin clé de la défense, Frank "Frankie The Fixer" DiGiacomo (voir photo à droite), un ancien plombier, reconverti en Associé de la Cosa Nostra, est venu témoigner lors du procès contre Joseph Ligambi et George Borgesi. L'année dernière, lors du premier procès, ce dernier avait particulièrement terni l'image de Louis "Finger Bent Lou" Monacello, le témoin vedette du côté des procureurs et c'est tout naturellement que les avocats de la défense firent appel à lui lors de ce deuxième procès, mais cela ne se passa pas exactement comme prévu. Son témoignage devant le tribunal fédéral pourrait être lourd de conséquence contre le Boss de la famille de Philadelphie et son neveu, qui d'après les autorités, a toujours le titre de Consigliere. Pendant le premier procès, Frank DiGiacomo avait complètement "discrédité" le témoignage de son ancien "ami" et Associe Louis Monacello, en racontant devant le jury, que ce dernier était un "type gourmand, sournois et dangereux". En début de semaine, changement de discours, maintenant il déclara au tribunal que Louis Moncallo et lui, travaillaient pour un seul homme Joseph Ligambi :"Je ne l'ai jamais appelé Patron (parlant de Louis Monacello), par contre lui, je l'ai déjà appelé (montrant Joseph Ligambi présent dans la salle)" déclara Frank DiGiacomo. Cette déclaration est en complète contradiction avec celle de l'année dernière et embarrasse énormément les avocats de la défense. Frank DiGiacomo déclara aussi devant la cours que Louis Monacello lui avait certifié qu'il "s’occupait" des opérations de prêt usuraire pour la famille de Philadelphie, depuis l'absence de George Borgesi qui était incarcéré, et que "les ordres venaient de Joe". Stupéfaction pour la défense, qui ne s'attendait pas du tout à ce genre de témoignage de la part de leur propre témoin. Ces déclarations mettent clairement en évidence que Joseph Ligambi, coordonnait les activités criminelles de la famille de Philadelphie et que Louis Monacello gérait bien "l'entreprise de racket" comme le surnommait les autorités de George Borgesi. Pour les procureurs fédéraux, qui ne peuvent plus faire appel à des témoins, ils écoutèrent tranquillement comment Frank DiGiacomo faisait tout sauf aider les deux accusés. Il faut dire que de faire appel à l'ancien Associé de la famille de Philadelphie, était un risque à prendre. Ce dernier, coopérait déjà avec les autorités depuis 2007 et pendant plusieurs mois, il avait porté un micro, enregistrant différents membres de la Mafia, ce qui permit de faire condamner Louis Monacello à plusieurs mois de prison en 2007. Frank DiGiacomo déclara qu'il servait de "gros bras" à Louis Monacello lors de ses opérations de prêt usuraire. Lors du premier procès, il avait décrit l'ancien Capitaine de la Cosa Nostra comme un "vantard", qui répétait régulièrement que l'équipe de George Borgesi, était maintenant "son équipe et qu'il était le patron". L'avocat de Goerge Borgesi, Christopher Warren a du faire face à ce retournement de situation tout seul, l'avocat de Joseph Ligambi, Edwin Jacobs n'ayant pas pris une seule fois la parole. Pour pour faire face à ce témoignage, qui va directement en la faveur de l'équipe de procureur, Christopher Warren, essaya de démontrer les "incohérences" dans le témoignage de Frank DiGiacomo. Lors du premier procès, Frank DiGiacomo déclara que Louis Monacello visitait George Borgesi en prison deux fois par an. Ce dernier disait vrai, car selon les registres de la prison, Louis Monacello avait bien visité que deux fois au maximum George Borgesi dans le pénitencier ou il était incarcéré. Aujourd'hui, pendant le procès, Frank DiGiacomo stipula que Louis Monacello allait rendre visite à George Borgesi, pas deux fois par an, mais deux fois tous les deux mois, première incohérence. Lors du premier procès, Frank DiGiacomo avait déclaré ne savoir que très peu de choses sur l'argent donné à Alyson Borgesi par l'intermédiaire de Louis Monacello. Maintenant, l'ancien Associé a subitement retrouvé la mémoire et déclara devant la cours, qu'il devait donné au moins 200 dollars par mois de ses bénéfices à Alyson Borgesi (Cf : La femme de George Borgesi dans le collimateur de la justice). Toujours lors du premier procès, Frank DiGiacomo déclara que les mafieux avec qui il trainait, était des "bons gars", qu'il avait passé de bonne soirée avec eux, allant même jusqu'à dire qu'il les avait "trahi". Maintenant, Frank DiGiacomo stipula que si il avait collaboré avec la justice, c'est qu'il n'avait plus trop le choix. En effet, ce dernier devait beaucoup trop d'argent a différents membres de la Mafia. Quand le procureur John Han demanda s'il craignait pour sa vie, ce dernier répondit : "Oui, je n'avais plus d'options, plus de choix". Christoper Warren demanda en fin de séance si ce dernier avait intégré le programme de protection des témoins pour sa collaboration. Il répondit que le gouvernement l'avait déménagé dans un endroit plus sur, mais qu'il n'avait toujours pas intégré le programme. D'après certains spécialistes, ce témoignage pourrait faire surement accélérer les choses.

Partager cet article