Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

CONTRE-INTERROGATOIRE MUSCLE POUR LOUIS MONACELLO DANS LE PROCES CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

8 Décembre 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

CONTRE-INTERROGATOIRE MUSCLE POUR LOUIS MONACELLO DANS LE PROCES CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

Les avocats de la défense commencèrent en ce début de semaine à montrer une photo au jury ou on pouvait voir Louis Monacello (voir photo), entouré de deux femmes. A sa gauche, Manny Borgesi, la mère de George Borgesi, le Consigliere de la famille de Philadelphie (Cf : Le Consigliere de la Mafia à Philadelphie fustige le gouvernement). A sa droite, Alyson Borgesi, la femme de ce dernier, que Louis Monacello lui avait donné ironiquement le surnom de "Alyson Corleone" (Cf : Louis Monacello continue son témoignage contre la Mafia de Philadelphie). "C'était une époque, ou on était tous heureux" déclara calmement Louis Monacello. Ce dernier eu beaucoup de mal à parler de la mère à George Borgesi, Manny : "J'ai toujours su que sa mère était la plus sincère dans cette histoire". Pourtant, Manny Borgesi n'hésita pas une seule seconde pour insulter Louis Monacello la semaine dernière à la sortie du tribunal de "sociopathe narcissique". En continuant son interrogatoire, l'ancien Capitaine de la famille de Philadelphie attaqua une nouvelle fois Anthony Borgesi, qui étrangement était cette fois-ci présent dans la salle d'audience. En effet, ce jour là, c'était son anniversaire et Joseph Ligambi, accompagné de George Borgesi, se déplacèrent dans la salle pour l'embrasser : "Il cherchait toujours à me poignarder dans le dos" déclara Louis Monacello. Pour lui, cela était clair, le frère de Goerge Borgesi était jaloux de sa "position" dans la famille mafieuse. L'avocat de ce dernier, Christopher Warren essaya de remettre les choses à sa plae, en déclarant que Louis Monacello était sorti avec l'ancienne petite amie d'Anthony Borgesi, et que l'aigreur que pouvait ressentir ce dernier envers Louis Monacello était dû uniquement à cette histoire et non à la "position" de Louis Monacello dans la hiérarchie mafieuse. Après la pause, le contre-interrogatoire continua sur des attaques personnelles, liant règlement de compte et querelles entre le témoin et les accusés "Pourquoi Joseph Ligambi était en colère contre son neveu?. Avez-vous vraiment vu George Borgesi mordre le front d'Angelo Lutz ?. Pourquoi d'après vous des témoins du gouvernement vous considère comme un fou ou un malade mental?". Voila une partie des questions que furent posées à Louis Monacello pendant toute l'après midi par Christopher Warren, avec comme spectateur privilégié la famille de Joseph Ligambi et George Borgesi. Puis vient le tour de d'Edwin Jacobs l'avocat de Joseph Ligambi. Ce dernier, demanda à Louis Monacello pourquoi il considérait Anthony Aponick, un Associé de la famille Bonanno (Cf : Un ancien Associé de la famille Bonnano va témoigner dans le procès contre la Mafia de Philadelphie) qui devait témoigner quelques jours après lui dans ce procès de "Fou". Louis Monacello déclara que ce dernier était incarcéré dans la même prison fédérale que George Borgesi entre 2002 et 2003 en Virginie-Occidentale. Il raconta aussi que les deux "anciens amis" se bagarraient très souvent avec des prisonniers. Il déclara notamment qu'Anthony Aponick avait voulu l'agresser dès leur première rencontre pour une histoire de prêt usuraire : "Il venait de New-York, c'était un gangster agressif. J'étais très méfiant quand je le voyais" déclara Louis Monacello. Edwin Jacobs continua sur sa lancée en demandant d'expliquer au jury la relation qu'avait ce dernier avec George Borgesi : "Au début, je le respectait beaucoup". C'était ce même George Borgesi qui fit rencontrer Louis Monacello à Frank "Frankie The Fixer" DiGiacomo, un plombier de Philadelphie reconvertit dans le crime organisé en raison de "problème financier". Ce dernier empruntait énormément d'argent à l'ancien Capitaine de la famille mafieuse qui le considérait comme un "inadapté mental, qui aimait seulement la vie dans la Mafia". Louis Monacello déclara à la barre qu'il avait du le menacer à plusieurs reprises pour récupérer son argent : "Il aurait du être mort depuis longtemps" avait même déclaré Louis Monacello. C'est en raison de ses dettes que Frank DiGiacomo décida de coopérer avec la justice en 2007 et d'enregistrer secrètement ses anciens associés. Pour terminer la journée, l'ancien Capitaine répliqua à Edwin Jacobs l'avocat de Joseph Ligambi en déclarant qu'en gérant les activités de Goerge Borgesi, il donnait 300 dollars par moi à son client en prison et près de 16 000 dollars chaque Noël pendant plus de sept années consécutives.

Partager cet article