Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE COLOMBO COLLABORAIT DEPUIS PLUS DE VINGT CINQ ANS AVEC LE FBI

26 Août 2017, 06:48am

Publié par Xav

Frank Sparaco
Frank Sparaco

La vie de Frank « Frankie Blue Eyes » Sparaco serait digne d’un film à la Martin Scorsese. Capitaine dans la famille Colombo, ce dernier avait activement participé à la guerre interne qui avait éclaté dans cette organisation criminelle au début des années 1990. Frank Sparaco était un tueur à gages, un membre craint et respecté, proche de la faction Persico, qui à cette époque était en guerre contre une autre faction, celle de l’Acting Boss, Vittorio « Little Vic » Orena, qui essayait de prendre le contrôle total de la famille. Il était aussi le meilleur ami du fils du Parrain Carmine « The Snake » Persico, Alhponse dit « Allie Boy » et selon le FBI, les mafieux savaient pertinemment que si Frank Sparaco se déplaçait lors d’une réunion, alors du « sang allait couler ». En plus d’effrayer bon nombre de mafieux, Frank Sparaco était comme insaisissable et Vittorio Orena qui avait eu plusieurs fois l’envie de l’assassiner, décidera finalement d’abandonner. Finalement le FBI l’arrêtera en 1993 et les procureurs décideront de l’inculper de plusieurs meurtres. Pour éviter une peine de prison à perpétuité voire pire, la peine de mort, Frank Sparaco plaidera coupable et sera condamné à vingt quatre années dans une prison fédérale, qu’il purgera à Loretto dans l’État de la Pennsylvanie. En prison, Frank Sparaco était quelqu’un de respecté par les autres détenus, un individu qui avait une certaine « carrure », qui impressionnait les autres prisonniers. De plus derrière les barreaux, Frank Sparaco continua à gérer son buisiness. Grâce à l’aide se des Associés, il extorqua John LeBoutillier, un diplômé d’Harvard, membre du parti Les Républicains, pour près de huit cent mille dollars. Du fait d’une certaine notoriété derrière les barreaux, Frank Sparaco entretenait des relations avec des mafieux de la Cosa Nostra, mais aussi avec des membres de la mafia Russe. La libération de Frank Sparaco approchait à grand pas, après vingt quatre années passées dans une prison fédérale, le Capitaine de la famille Colombo allait pouvoir retrouver les rues de New-Yorkaise et devenir pourquoi pas, un membre influent de la hiérarchie, dans une famille en pleine incertitude depuis quelque temps. Le problème est que les procureurs fédéraux n’avaient pas forcément oublié Frank Sparaco et se préparaient à l’inculper dans de nouveaux meurtres. Quand il apprit la nouvelle par le biais de son avocat, ce dernier pris peur, il ne voulait pas terminer sa vie derrière les barreaux et décida alors de coopérer avec les autorités. Cette nouvelle fit rapidement le tour de la prison de Loretto, ou Frank Sparaco était connu pour être un individu solide à toute épreuve, en réalité, on apprendre par la suite, que le Capitaine de la famille Colombo collaborait avec le FBI depuis plusieurs années, depuis la guerre interne des Colombo au début des années 1990. De plus, Frank Sparaco aurait profité de son statut de membre privilégié par le gouvernement fédéral pour assassiner des membres affiliés à la Cosa Nostra sous l’approbation des agents fédéraux. Lors de cette période instable chez les Colombo, un autre Capitaine, Gregory Scarpa Sr, surnommé The Grim Reaper, collaborait lui aussi avec la justice Américaine et profitait aisément des largesses laissées par les agents fédéraux, pour continuer son buisiness, mais aussi assassiner ses concurrents. Selon les procureurs fédéraux qui décidèrent d’inculper Frank Sparaco, ce dernier aurait aussi profité de sa protection pour assassiner des mafieux, mais aussi des individus qui n’avaient aucune relation avec la Cosa Nostra. Désormais la protection de Frank Sparaco à l'intérieur de la prison fédérale n'était plus assurée et le Capitaine de la famille Colombo se fera même frappé par un prisonnier qui le traita pas la même occasion de « sale rat ». En attendant sa future libération, Fran Sparaco est désormais placé à l'isolement total, à l'écart des autres prisonniers. Celui qui rêvait sans nul doute de pouvoir être reconnu comment un membre important à sa sortie de prison, intégrera le programme de protection des témoins, loin de son ancienne famille.